Témoignage Romain BAYLE

Licence pro Distribution Touristique promotion 2009-2010

Témoignage de Romain BAYLE

Licence pro Distribution Touristique

Promotion 2009-2010

 

Romain BAYLE

 

Quel a été votre parcours au CFA Stephenson ?

 

 « J’ai intégré le CFA Stephenson en Septembre 2007 pour rejoindre un BTS AGLT Tourisme, après un parcours universitaire ayant été sanctionné par un Master I LLCE Anglais.

J’ai fait le pari de l’alternance après des études universitaires pour me confronter au monde professionnel après 4 années de formation très académiques. J’ai fait mon alternance à la Maison du Rhône Paris, l’antenne du département du Rhône, où je travaillais en étroite collaboration avec la Directrice pour accueillir les touristes, monter des projets de valorisation du territoire autour des atouts touristiques du département. J’ai aussi eu la chance de piloter des projets professionnels avec mes collègues étudiants sur des opérations d’envergure (Journée du Patrimoine, Vendanges à Montmartre, Musée d’Orsay).

J’ai ensuite continué avec une Licence Tourisme, toujours au CFA Stephenson, en collaboration avec l’IREST Paris I, pour finir en beauté ce cursus. »

 

 

Comment s’est déroulée votre formation au CFA Stephenson ? Qu’en avez-vous retenu ?

 

« Ma formation au CFA Stephenson s’est très bien déroulée, malgré parfois quelques incompréhensions et concepts un peu éloignés du terrain, car je cherchais avant tout un métier concret à apprendre. Cette formation a posé les bases qu’on peut attendre d’un poste à responsabilités, avec un éventail très large d’enseignements adaptés aux métiers du tourisme : communication, gestion de projet, gestion budgétaire, coordination de projets d’envergure, langues et droit. J’ai encore aujourd’hui des réflexes appris lors de cette formation, notamment au niveau de la gestion budgétaire et des notions de droit que nous avons appris.

Pendant la formation, il n’était pas toujours évident de comprendre la finalité des enseignements. Mais en sortant de cette formation, je me suis rendu compte de la qualité des enseignements dispensés, ainsi que la nécessité d’avoir ces notions dans tout poste à responsabilités. J’ai surtout retenu une façon de travailler et de penser sa relation au monde du travail.

Le CFA Stephenson est également une structure où on se sent bien, avec une bienveillance de l’équipe pédagogique tout au long de la formation. Le CFA Stephenson offre des clés pour le succès de sa carrière professionnelle. C’est ensuite à nous de savoir quoi en faire.

Pour finir, une anecdote, j’ai rencontré ma femme lors de cette formation, et nous fêtons cette année nos 5 ans de mariage ! Je ne garde donc que de bons souvenirs de ces 3 années de formation. »

 

Avez-vous trouvé rapidement une entreprise pour votre alternance ? Comment se sont passées les recherches ?

 

« J’ai trouvé assez rapidement une entreprise qui m’a accueilli pour mon alternance car elle était déjà partenaire du CFA Stephenson. Le CFA Stephenson m’a bien accompagné pour les recherches, avec la participation aux Job Dating Entreprises, mais également les différents ateliers CV et motivation. J’ai commencé très en amont de la rentrée 2007 mes recherches.

Le fait d’avoir déjà travaillé à l’étranger et ma maîtrise de l’anglais et du français ont été des atouts majeurs pour mon recrutement. Mon implication et mon projet professionnel en intégrant le CFA Stephenson a aussi rassuré l’entreprise  dans laquelle je postulais. En arrivant chez un potentiel employeur avec une vision à court terme de son parcours professionnel et de la finalité de sa formation, la recherche s’est passée plus sereinement. »

 

Quelles sont selon vous les principales forces du CFA Stephenson ?

 

« Indubitablement, les enseignants et intervenants. Ces professionnels du tourisme ont su faire passer des concepts et des notions assez complexes (et/ou rébarbatifs) aux alternants, car ils ont une vraie vision « métier » de l’enseignement. En parlant de choses concrètes et en faisant travailler sur des notions qui servent aussi bien au CFA qu’en entreprise, les intervenants nous ont parlé comme à des professionnels du secteur.

Voici aussi une force majeure du CFA : l’accent mis sur les projets professionnels et l’insertion. En proposant des projets professionnels, obligatoires pour les présentations aux examens finaux, j’ai pu avoir un aperçu de différents métiers et projets pour faire mon choix par la suite. Ces projets ont ensuite alimenté mon CV ce qui m’a permis de me présenter devant des employeurs avec de véritables compétences et de vrais projets à présenter.

Je pourrais conclure par l’esprit CFA Stephenson, avec un véritable accompagnement tant au niveau de l’entreprise qu’au niveau des matières dispensées, avec un vrai focus sur l’insertion professionnelle. Les conseils prodigués lors de cette formation me servent encore aujourd’hui. »

 

Comment s’est passé votre insertion professionnelle ?

 

« Après ma licence au CFA, je me suis tourné quelques temps vers un Master I en Culture, toujours en alternance à la Maison du Rhône Paris. A 25 ans passés, je me suis dit qu’il fallait arrêter là les études et se plonger à 100% dans le monde professionnel, j’ai donc décidé d’arrêter en cours de Master I.

Grâce à ma formation universitaire initiale et aux nombreux projets professionnels que j’ai eu l’occasion de prendre en charge, mon employeur a choisi mes compétences, que j’ai acquis pour la plupart au CFA Stephenson, mais aussi des méthodes de travail. La gestion de projet, la communication, les notions de droit et de gestion budgétaire m’ont permis d’entrer dans cette grande société. J’ai mis 2 mois après la fin de mon Master I pour trouver cet emploi.

Grâce aux enseignements prodigués au CFA Stephenson, j’ai pu évoluer très vite vers un statut de cadre en moins de 3 ans. »

 

Dans quelle entreprise travaillez-vous actuellement ? A quel poste ? En quoi consiste votre métier au quotidien ?

 

« Je travaille actuellement en tant que Responsable de la Communication Digitale et de la Presse B2C chez Epson France, la filiale française du fabricant japonais d’imprimantes et de vidéoprojecteurs. Je m’occupe donc, avec une équipe d’alternants, de toute la communication d’Epson France et Europe sur la partie Digitale/Réseaux Sociaux.

J’ai aussi en charge les Relations Presse pour 3 lignes de produits : vidéoprojection, grands format et grand public. Au quotidien, je mets en place la stratégie de communication Digitale pour la France sur Facebook/Twitter/LinkedIn (planification, rédaction, publicité) et gère et anime plusieurs communautés. Je suis l’administrateur d’un blog professionnel et travaille de plus en plus sur les influenceurs en proposant des projets Social Media d’e-reputation au Directeur Marketing.

De plus, je fais le travail d’un Responsable Presse en coordonnant les lancements produit auprès de la presse grand public et spécialisée (test produit, conférence, e-influence, relations publiques). J’organise également de nombreux événements pour faire la promotion des produits, en collaboration avec la partie Sales et Produit d’Epson. Ce poste à responsabilités me permet d’avoir une vraie autonomie au quotidien, d’innover en permanence et d’être le référent pour l’entreprise en ce qui concerne la communication digitale.

Au final, mon métier n’a pas beaucoup changé depuis le CFA Stephenson : à l’époque, je valorisais des territoires/atouts touristiques, aujourd’hui je valorise une entreprise, des produits et des solutions HighTech. »

 

Recommanderiez-vous le CFA Stephenson ? Si oui, que diriez-vous aux futurs apprentis ?

 

« Je ne peux que recommander le CFA Stephenson, notamment pour la qualité de ses enseignements et de ses intervenants. Il peut être difficile en apparence de se lancer dans l’alternance après un bac, mais le jeu en vaut la chandelle au niveau professionnel.

De plus, l’esprit d’équipe qui émane des groupes de travail ou des classes laisse un souvenir impérissable. Les rencontres professionnelles construisent aussi sa personnalité professionnelle : on ne peut pas toujours savoir, surtout en sortant du bac, ce qu’on aime ou ce qu’on voudrait faire dans 10 ans.

Je leur dirais donc : Osez le pari CFA Stephenson, il sera forcément payant par la suite, même si c’est dur et qu’il faut s’accrocher ! »

  • A+
  • A-